Partir

Tu fais quoi pour l’Afrique ?

« Et toi tu fais quoi pour l’Afrique ? »

Sept petits mots qui mettent au défi le plus insolent d’entre nous mdr. Il ne faut pas se rater… Il faut chercher quoi dire et vite. La politique ? Surtout pas, jamais de la vie. Tâche d’inventer vite un truc. La nièce que tu as gardé, ça compte ? (On mettait baby sitting dans nos cvs et vous n’avez jamais rien dit) Tu as fait des dons à Haïti (la croix rouge revend vos vêtements en passant, le saviez-vous ? Passons.) tu as donné à un orphelinat, il faut trouver quelque chose…vite.

Déjà 10 minutes que tu réfléchis…

Tout ceci me force à te parler d’une stagiaire enseignante. Avant toute chose il est intéressant de remarquer ô combien certains arrivent à faire leur valises rapidement et dire au revoir à leur entourage pour un an. L’aventure, le goût du risque, ou l’inconscience ?

On va l’appeler A.

A a beaucoup plus de couilles que nous tous quand elle arrive à Bamako Sénou pour la première fois de sa vie. Elle est jeune, elle n’a aucune famille là-bas, et de surcroît elle a fait confiance. (Il est évident que je ne compte pas accepter de loger chez une dame inconnue aux États-Unis. Passons.) Elle est pleine d’égo, elle ne doute pas. Il se trouve que A vient pour aider, et donc il se trouve que logiquement vous devriez mettre A à l’aise parce que bon… elle vient pour vous aider.

« Tu fais quoi pour l’Afrique ? »

A avait sa réponse toute préparée. Aider des petits aux Mali (c’est comme ça qu’on dit « enseigner » j’imagine), elle devait avoir un très bon capital sympathie. Il se peut même qu’elle postait des photos avec des légendes qui donnaient envie d’insulter sa mère. Le seul truc que je sais c’est que tout son courage, toute sa confiance.. A n’a même pas tenu trois mois.
Le premier jour elle a eu le droit aux honneurs… Les Maliens aiment trop dire bonjour. Et petit à petit le peuple a continué sa vie. Pauvre A. Pensait-elle que les enfants allaient lui donner du sourire, que les parents auraient des témoignages déchirants, qu’elle allait parler de la situation des petites qui ne peuvent aller à l’école parce qu’elles font Kalaban / Sotuba à pieds ? A pensait faire quelque chose pour l’Afrique… Il est intéressant de découvrir que l’Afrique ne nous a jamais attendus. Et comme un grand monsieur m’a dit aujourd’hui : « On n’a aucun tapis rouge à vous dérouler. »

Image : Barbie Savior

1 Commentaire

  • Greyson

    Agréable lecture

    Reply

Laisser un commentaire